#!⌨

Soirée CARA valence #8

Je me suis rendu hier soir à Valence pour une soirée organisée par l'antenne locale du Club Agile Rhône Alpes. Une soirée est organisée tous les deuxième mardi du mois dans un petit restaurant sympathique et proche du centre ville.

La soirée a commencée par un moment Low Tech Social Network : chacun crée son profil sur un post it (avec son avatar, son nickname, et ses compétences) et le relie avec ses connaissances sur un tableau blanc. Étonnamment, j'étais tout seul en haut à droite et n'avais qu'un trait avec Philippe Creux (qui lui avait beaucoup plus de relations). Ce moment était assez amusant et m'a permis de repérer les pythonistes de la soirée.

Cette soirée a été l'occasion d'assister à 4 lightning talks sur des sujets agiles et techniques (je suis désolé, je n'ai pas retrouvé les noms des trois premiers orateurs, si jamais quelqu'un les connait, je serais ravi de les noter ici...).

Le premier parlait de processus de développements sur puce FPGA avec le langage VHDL. Après nous avoir parlé du fonctionnement de VHDL, l'orateur nous a fait part des contraintes de ce type de développement (chaîne de développement propriétaire, difficulté de mettre en place des tests, exécution du logiciel sur un matériel unique...). L'orateur a également parlé de la difficulté de mettre en place des place des méthodes agiles dans ce type de projet à cause de ces problèmes techniques, et a demandé des retours d'expérience sur le sujet, mais il semble qu'il était le seul de l'assemblé à travailler sur ce type de technologie.

Le deuxième talk était sur le principe de responsabilité unique [en] (Single Responsibility Principle en anglais, ou SRP). Ce principe stipule que chaque entité doit avoir une responsabilité unique (elle ne doit faire qu'une seule chose), et que cette responsabilité est entièrement gérée par l'entité (elle ne doit faire qu'une seule chose et elle le fait complètement).

La troisième présentation concernait la dette technique. L'orateur a fait un parallèle avec la dette économique en remplaçant le capital emprunté par la quantité de code, la durée d'emprunt par le taux de changement du code, et le taux de l'emprunt par la qualité et les méthodes de l'équipe de développement. Évaluer la dette technique est donc ardu en raison de la difficulté à quantifier la qualité et les méthodes de l'équipe.

Enfin, le dernier talk concernait Python et était donné par Mathieu Agopian et Nicolas Chauvat. Cette présentation était composée d'un dialogue entre un pessimiste de Python (joué par l'auditoire) et des enthousiastes (les deux orateurs). Je ne m'étendrais pas plus sur cette présentation car les slides sont en lignes et bien construites.

J'ai apprécié cette soirée car elle n'était pas composée que de sujets sur l'agilité mais également de sujets techniques. L'ambiance était peut être aussi un peu plus décontractée que lors des soirées du CARA à Lyon où tout est très bien cadré. J'ai aussi pu discuté de nombreux sujets avec les personnes présentes (comme VHDL, CubicWeb, Single Page Webapp vs Server Generated Pages).

Enfin, le CARA Valence cherche constamment de nouveaux sujets de présentations et les organisateurs ont besoin de vous pour ça. Je n'ai rien proposé car je ne sais pas si j'aurais l'occasion de revenir prochainement à une de ces soirées, mais je pense que ça se fera : Valence n'est pas très loin de Lyon !